23.03.12. Katia Guerreiro (Portugal, fado) GINEBRA





| CONCIERTOS MARZO 2012 | PORTUGAL | GINEBRA |


Katia Guerreiro (Portugal, fado)

Katia Guerreiro, chant | Guilherme Banza, guitare portugaise | Joao Veiga, viola de fado | Rodrigo Serrao, basse


— vendredi 23 mars à 20h30, salle communale ONEX (GE) —
 
Une musicalité proprement stupéfiante et une authenticité poignante au service du meilleur du fado.  Nouvelle grande dame du fado, Katia Guerreiro est aujourd’hui mondialement reconnue. Pour ses dix ans de carrière, elle a reçu la consécration avec le prestigieux prix de «Meilleure interprète de Fado» par la Fondation Amália Rodrigues.

Prix des places: 42.-
AVS, chômeurs: 35.-
Jeunes de moins de 20 ans, Etudiants et apprentis jusqu'à 30 ans: 30.-
Carte 20 ans/ 20 francs: 20.-

Renseignements, billetterie: 022 879 59 99 l'après-midi
Vente de billets en ligne sur www.spectaclesonesiens.ch

Pour les Spectacles Onésiens: billets en vente aux bureaux des Spectacles Onésiens,
Service culturel Migros Genève, Stand Info Balexert et Migros Nyon-La Combe
et à la caisse 1 heure avant le spectacle

Née en Afrique du sud, Katia a passé sa jeunesse aux Açores et elle vit maintenant à Lisbonne où elle exerce comme médecin ophtalmologue. Car cette immense chanteuse, acclamée sur toutes les scènes d’Europe et d’ailleurs, partage toujours sa vie entre ses deux passions : son métier de médecin, qu’elle ne veut pas quitter, et la musique.

Le fado est entré dans sa vie par hasard, alors qu’elle était étudiante. Emblème du Portugal depuis deux cents ans, ancré dans la tradition de ce grand peuple voyageur, ce blues mélancolique est métissé d’influences cap-verdiennes et brésiliennes. Bien que très proche du fado popularisé par Amália Rodrigues, dont elle reprend certains classiques, Katia Guerreiro a su insuffler une grande richesse lyrique dans ses interprétations et fait preuve d’une musicalité proprement stupéfiante. Éprise de poésie et d’auteurs contemporains, elle chante des poèmes de Pessoa, Lobo Antunes ou Sophia de Mello Breyner et plus récemment de Dulce Pontes, accompagnée par des musiciens exceptionnels.
« Je chante le fado pour guérir les âmes, mais je reste médecin pour soigner la souffrance des hommes » dit-elle. Avec elle, le fado est bien vivant, et en état de grâce.

| ONEX | ¿cómo llegar? ver ... |